LE RÔLE DE L'ECOLE EN ISRAEL

 

Une fois arrivé en Israël, vous constaterez que beaucoup de choses sont très différentes de
celles
que l’on connait en France. Des petites choses comme des grandes choses, et l’école
en fait
partie.

Il existe des différences fondamentales entre l’école de France et l’école d’Israël.

Une bonne intégration passe par la connaissance et l’acceptation de ces différences.

Les deux grands principes de l’école en Israël sont
« RENDRE AUTONOME » et « FAVORISER L’AFFIRMATION DE SOI ».

Basé sur ces principes, l’école israélienne se fixe trois objectifs majeurs :

1. Socialiser, en valorisant chacun au sein du groupe  

2. Responsabiliser, en rendant chacun autonome
3. Enseigner, en apprenant à apprendre

1. SOCIALISER

En Israël, l’école est un lieu d’apprentissage de la vie. On y apprend avant tout à vivre en société. L’éducation est basée sur la valorisation de l’individu au sein du groupe.

Comment ?

  • En donnant à l’enfant l’attention nécessaire pour lui donner confiance en lui. Le corps enseignant cherchera toujours ce qu’il y a de positif chez l’enfant, et comment le faire progresser. Un enfant qui a une bonne estime de soi sera naturellement plus motivé pour apprendre.

  • En développant des activités « extra-scolaires » : sorties, activités ludiques / artistiques / culturelles qui font parties du corpus scolaire et qui permettent à l’enfant d’exprimer ses qualités (humaines, artistiques…). L’enfant est ainsi valorisé autrement que par ses seuls résultats scolaires.

 

A ce titre, l’école c’est aussi l’école des middot, du respect de soi et des autres.

Valoriser chacun au sein du groupe

En France, on verra rarement des enfants dans les couloirs pendant les heures d’études, des élèves debout dans la classe ou la tête sur les bras en mode « repos » sur la table, des professeurs qui donnent leur numéro de portable, des élèves qui réclament des devoirs en plus…En Israël, c’est le lot quotidien de toutes les écoles.

« Oh Désordre » penserez-vous !!! Et si ce n’était qu’un ordre différent de ce à quoi nous sommes habitués en France.

En Israël, responsabiliser et rendre autonome, ça commence très tôt, à la maison comme à l’école. On apprend aux enfants dès leur plus jeune âge qu’ils sont responsables d’eux-mêmes (et solidaire du groupe). Leur réussite dépend de leurs efforts et de leur capacité à trouver leur place. Vu sous cet angle, la « houtspa » qui nous déplait tant à nous Français, n’est peut-être rien d’autre qu’un « je cherche ma place ». 

Rendre autonome

2. RESPONSABILISER

Apprendre à apprendre

3. ENSEIGNER

En Israël, l’enseignement est principalement basé sur l’acquisition de compétences et de techniques, beaucoup plus que sur un savoir académique comme en France.

De nombreuses matières se font par groupe de niveaux afin d’adapter l’apprentissage aux capacités de chacun.

En Israël, le corps enseignant s’attache aux efforts fournis par l’enfant plus qu’à ses résultats scolaires. Et d’autant plus quand il s’agit de Olim Hadashim. Il est très fréquent que dans la première année d’Alyah, les enfants ne soient pas notés. En revanche, ils seront évalués sur leur capacité à se concentrer, à s’intéresser, à s’intégrer à la classe.
Dès le gan, les enseignants sont formés à identifier des difficultés d’apprentissage afin que les enfants puissent bénéficier de toutes les aides possibles pour un parcours scolaire serein et efficace.